facebook-pixel

La conduite dans des conditions particulières

Durant l’utilisation de son véhicule, l’automobiliste est confronté à différentes conditions climatiques ou particulières qui augmentent les risques d’accident. Il est donc important d’être averti sur ces conditions différentes et ce dès l’apprentissage du code de la route.

La conduite d’un véhicule la nuit

conduite-nuit-ville

Comment utilise-t-on ses feux pendant la nuit ?

En cas de chaussée éclairée :

Dans le cas où l’usager se trouve sur une chaussée bien éclairée en ville, l’automobiliste a le choix de garder ses feux de position ou de passer en feux de croisement. 

Sur route, il n’y a pas de choix à faire, l’automobiliste est tenu de circuler en feux de croisement.

En cas de chaussée non éclairée :

-Hors agglomération les usagers sont tenus de circuler avec leurs feux de route pour augmenter leur visibilité. 

-En cas de croisement avec un autre automobiliste, il faut rapidement passer en feux de croisement afin de réduire les risques d’éblouissement. 

-Si l’automobiliste circule sur une route étroite et sinueuse il peut utiliser en complément des feux de croisement, les feux de brouillard avant si son véhicule en est équipé.

La conduite d’un véhicule sous la pluie

conduite-voiture-pluie

Comment utilise-t-on ses feux sous la pluie ?

L’utilisation des feux de croisement intervient dans le cas où la pluie est bien présente, ce n’est seulement que sous de très fortes pluies que le conducteur peut compléter ses feux de croisement avec les feux de brouillard avant uniquement dans ce cas présent.

Quels sont les risques à prendre en compte lors d’un conduite par temps pluvieux ?

Le manque de visibilité peut intervenir sur les parties vitrées du véhicule, le système de dégivrage et de ventilation permettent de retrouver une visibilité adéquate et sécuritaire pour la conduite.

La perte de contrôle peut aussi intervenir en cas de vitesse excessive ou de pneumatiques usées à cause d’un manque d’entretien. L’évacuation de l’eau par le biais des pneus n’est pas assez efficace et l’automobiliste peut perdre le contrôle de son véhicule notamment lors d’une forte accélération ou lors d’un freinage soutenu. Ce phénomène a un nom : l’aquaplaning ou l’hydroplaning.

La conduite d’un véhicule en cas de brouillard 

conduite-voiture-brouillard

Quels sont les éléments à retenir pour la conduite en cas de visibilité faible ?

Sur une chaussée avec une visibilité très moyenne voir nulle, il est important d’utiliser ses feux de croisement. En complément l’automobiliste averti utilise ses feux de brouillard avant et arrière. Une fois la zone de brouillard passée, il est important de retirer ce complément que représente les feux de brouillard pour éviter un éblouissement des autres conducteurs.

La vitesse doit bien entendue être en lien avec le manque de visibilité. L’automobiliste doit adapter sa vitesse de cette façon : 

-Visibilité inférieure à 90 mètres : 80km/h maximum 

-Visibilité inférieure à 70 mètres : 70 km/h maximum 

-Visibilité inférieure à 50 mètres : 50 km/h maximum 

La conduite d’un véhicule sous la neige ou en cas de route verglacée

conduite-neige-verglas

À l’instar du brouillard, l’automobiliste conscient doit allumer ses feux de croisement au minimum. Si il possède des feux de brouillard avant sur son véhicule, il peut les utiliser en complément. Pour le cas des feux de brouillard arrière, ils sont utilisables seulement en cas de chute de neige sur le chaussée.

Le grand conseil à adopter lors d’une conduite sous la neige et le verglas est la réduction de la vitesse de façon drastique. L’adhérence du véhicule devient très moyenne et l’utilisation de chaînes sur les pneus du véhicule peut être une solution en cas de situation difficile. Les pneus neige peuvent être également une solution ainsi que les systèmes de transmission intégrale présents généralement sur les 4x4 ou véhicules de luxe afin de combattre cette perte d’adhérence importante sur la chaussée.